Abbaye et Cité Médiévale de Lagrasse 

en Occitanie, dans le sud de la France.

  • Les Halles de Lagrasse, dans l'Aude
  • Maison à Colombage a Lagrasse
  • Vue panoramique de Lagrasse, et de l'Abbaye
  • Cité mediévale de Lagrasse,dans l'Aude
  • Cité mediévale de Lagrasse, et sont Abbaye
  • Lagrasse Abbaye Cistercienne mur en pierre
  • Lagrasse,les Halles,Abbaye Cistercienne
  • Abbaye de Lagrasse,et sont pont romain

Abbaye et Cité médiévale de Lagrasse 

Classé parmi les Plus Beaux Villages de France

Dans un paysage de vignes et de collines, typique des Corbières, Lagrasse est traversé par l’Orbieu, enjambé par un pont reliant le village et ses vieilles halles du XIVeS à son abbaye, joyau architectural de l’époque médiévale, son abbaye Sainte Marie de Lagrasse, imposante et majestueuse dans son écrin de verdure, l'incontournable abbaye de Lagrasse a été fondée sous Charlemagne en 779. Elle fait partie des plus beaux trésors architecturaux de l'Aude. Lagrasse village de goût, avec son vin des Corbières, Lagrasse est également classé plus beaux villages de France.Elle compte aujourd'hui prés de 600 habitants, avec des boutiques des restaurants,une aire de camping car, un magnifique festival des circuits de randonnées pédestre, et des circuits VTT . Lagrasse est un lieux idéal, pour faire du tourisme responsable dans l'Aude.

Vue panoramique de Lagrasse, et de l'Abbaye

Maison à Colombage a Lagrasse

Histoire de l'Abbaye Sainte Marie de Lagrasse

Le Moyen-Âge et la renaissance

779 : Fondée avant Charlemagne, l’Abbaye est favorisée par cet Empereur et confirmée par les Papes. Le premier des 64 Abbés qui se succéderont en 1000 ans est Nébridius, ami de saint Benoît d’Aniane et d’Alcuin, et bientôt Archevêque de Narbonne.

XIème : L’Abbaye est une des plus importantes du sud de la France. Son rayonnement temporel et spirituel s’étend de l’Albigeois jusqu’à Saragosse.

XIIème– XIIIème : Dans la tragédie politico-religieuse engendrée par le catharisme, les Abbés de Lagrasse ont un rôle d’apaisement, tel Benoît d’Alignan qui reçoit la soumission de Carcassonne en 1226.

XIVème – XVème : Temps de réforme monastique, de constructions, mais aussi de guerres. L’Abbé Auger de Gogenx s’illustre par sa réforme spirituelle et architecturale dès 1296.

XVIème – XVIIIème

XVIème : Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix et abbé commendataire fait édifier un grand clocher de 81m ! La moitié qui demeure aujourd’hui reste le monument le plus imposant de l’abbaye.

XVIIème – XVIIIème : Retour à la ferveur et à une vie intellectuelle intense grâce aux bénédictins mauristes dès 1663. Les moines achèvent l’essentiel des bâtiments classiques en 1760 offrant ainsi l’exemple rare d’une alliance architecturale du roman, du gothique et du classique.

Abbaye de Lagrasse,et sont pont romain

Cité mediévale de Lagrasse, petite ruelle

De la Révolution à nos jours

1792 : Malgré le soutien de la population, la Révolution chasse les religieux ; l’Abbaye est pillée et saccagée puis divisée en deux parties.

XIXème – XXème : Deux communautés religieuses se succèdent dans les bâtiments : les Soeurs de Notre-Dame des Sept-Douleurs et la Théophanie.

2004 : Les Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu font renaître l’Abbaye.

Nous arrivons doucement à une société féodale. Les seigneurs règnent sur le pays taxant serfs et paysans. En parallèle les Evêques plus puissants que jamais mennent une vie princière. Comment donc ne pas comprendre l'énorme fossé entre ces brillants prélats et le petit peuple avide de doctrines plus pures ? De cet abîme, naît le catharisme venu de doctrines orientales. Nous passerons sur cette fameuse croisade contre les albigeois, organisée par l'Eglise et qui blessa notre région au point que les souvenirs en restent encore déchirants. (Nous vous renvoyons à la littératue adéquate qui abonde un peu partout). Signalons simplement que "les gens d'ici" la portent comme un blessure mal refermée. La conlusion de tout ceci est que le pays devient possession royale. Cependant notre région, sous l'impulsion d'un essor économique, se développe ; la langue occitane s'élabore et s'écrit à peu près comme aujourd'hui.

Le XIV ème siècle est sombre pour tout le royaume. La peste noire sévit partout et achève l'oeuvre morbide des disettes successives (30% de mortalité). La panique et l'horreur règnent vers 1350. Mais un malheur ne vient jamais seul : la guerre de Cent Ans entre en France et marque les gens en la personne du fameux Prince Noir. Les "Routiers", soldats démobilisés en 1360 terrorisent les populations : on "s'emmuraille" pour se protéger. Même l'abbaye de Lagrasse construit ses remparts. La Région ne retrouvera sa prospérité qu'au XVI ème siècle ; les communautés villageoises à ce moment là vont reprendre du poil de la bête et lutter pour l'acquisition d'une plus grande autonomie.

La Ribaute,riviere a Lagrasse Aude

Pendant le XVII ème siècle les communautés villageoises s'organisent administrativement (désignation des consuls, gestion de la communauté). C'est pourtant un siècle difficile : la peste, les rigueurs du climat, l'insécurité retardent le développement de la région. Le canton subit les soubressauts causés par la révolte du Duc de Montmorency, gouverneur de toute la province. "Autonomisme" avant la lettre de ce prince vaincu et executé à Toulouse en 1632. Louis XIV consolide sa puissance royale.

Le XVIII ème voit une amorce de reprise économique sous l'influence d'une poussée démographique. La bourgeoisie commerçante s'enrichit et tire ses profits de l'élevage de brebis (cheptel très important). Notre région a évité les soubressauts tragiques que connurent d'autres provinces pendant la Révolution. Le département est créé en 1790. Mais la mort des oliviers due à un hiver très rigoureux provoque une crise économique. Certaines communes comme Montlaur sont duremment touchées. Rieux en val connaît un soulèvement populaire. Dans ce contexte, on rédige les fameux cahiers de Doléances. Mais les lois révolutionnaires affaiblissent la catégorie la plus pauvre de la population. S'ensuivent de nombreux conflits entre les éleveurs et les paysans défricheurs car leurs interêts sont tout à fait antagonistes. Peu à peu l'élevage décline en partie à cause de la volonté des agriculteurs.

Les Halles de Lagrasse, dans l'Aude

Le XIX ème va connaître une véritable révolution agricole. Nous passons d'une polyculture autarcique à une monoculture viticole de type industrielle. La vigne fait fuir le mouton et les céréales. Pourtant, cet animal avait été pour la région une grande source de richesse (12 tanneries à Lagrasse en 1833 et 15 000 moutons encore en 1807). Mais le cheptel disparait lentement dans la deuxième partie du XIX ème. Le vin devient de plus en plus rentable. La culture de l'olivier est abandonnée. L'accroissement des populations urbaines et la construction du chemin de fer amènent une prospérité étonnante. Les terres médiocres sont revalorisées.

Au début du XX ème la vigne fournit à nos habitants le plus gros de leurs revenus. Plus de céréales : l'Aude est devenue tout à fait viticole. Et de là, commencent à naître les problèmes : surproduction, pratiques douteuses des négociants parisiens, provoquent un effondrement du prix à l'hectolitre. Par ailleurs, le philoxéra qui avait épargné pour un temps nos vignes fait son apparition ici mais on reconstitue vite le vignoble. On produit surtout du "gros rouge" : beaucoup de randement pour peu de qualité. 1907 voit le pays s'embraser ; la révolte gronde partout, soulève les foules dans les villes importantes et fait jaillir des leaders charismatiques comme Marcelin Albert.

Plus tard, les vins venus de "l'autre France" (Algérie, Maroc, Tunisie) créent une mévente chez nous. En 34 les prix s'effondrent. Nouvelle crise, interrompue par la deuxième guerre mondiale. Dans les années 50 nait chez le vigneron la conscience d'une lutte pour sa survie. Après la guerre d'Algérie, les malheurs de la vigne occitane viennent toujours des importations italiennes. Le 31 mars 1963, premier commando. De la crise naissent de nouveaux leaders, le plus célèbre étant Maffre De Baugé. Création d'un syndicat de jeunes agriculteurs. La crise s'intensifie ; le vin se vend très mal. Les années 60 voient la lente asphyxie de la viticulture. Les tensions montent jusqu'à l'insupportable. Les manifestations violentes se multiplient un peu partout et le midi fait la une de la presse nationale. Mais Paris semble toujours faire la sourde oreille. Les revendications de mai 68 ont sensibilisé l'Intelligenzia locale : chanteurs (Marti), poètes (Yves Rouquette), théâtreux (Théâtre de la carrièra), bref tout un mouvement culturel se met en place. La France ahurie redécouvre cette terre millénaire, théâtre de bien des drames. Les consignes au goût du jour ? : "Volem Viure al Pais". Pourtant à bout de nerfs, les vignerons s'organisent ; la violence monte de plusieurs crans et c'est le drame inévitable. 76, c'est la fusillade de Montredon qui fait un mort dans chaque camp. Tout le monde est sous le choc.

Cité mediévale de Lagrasse,dans l'Aude

Lieux et monuments a visiter

Le village, construit sur le plan des bastides, conserve, avec son vieux pont du médiévale : remparts (comme la porte de l'Eau), ruelles étroites, marché couvert, etc.

Plusieurs plafonds peints médiévaux ont été mis au jour dans des maisons anciennes

L'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse 

située sur la rive de l'Orbieu faisant face au village.

Le Pont-Vieux 

Le « Pont Vieux » à dos d’âne, qui relie le bourg à l’abbaye, apparaît sur un sceau de 1303. Il fut remanié au XVIIe et XIXe siècles. L’ouvrage, qui se compose de trois arches inégales, était initialement surmonté de deux tours.

Les anciens remparts

De l’ensemble des fortifications du village subsistent encore quelques vestiges, dont la Tour de plaisance ou Grand Tourreil, et la « Porte de l’Eau », seule sortie de ville côté sud.

Les ruines du prieuré Saint-Michel de Nahuze sur les flancs de la montagne d'Alaric.

Prieuré de Mirailles.

La chapelle Notre-Dame du Carla.

La halle du XIV siécle.

Véritable joyau de l’architecture médiévale, la halle a été aménagée en 1315 à l’occasion du transfert du marché de Lagrasse qui auparavant était situé extra-muros.

Avec ses rues adjacentes, la place constituait un centre commercial important jusqu’à la première guerre mondiale.

L'Eglise St Michel

Installée au coeur du vieux bourg, l’église paroissiale est classée Monument Historique . Erigé de 1359 à 1398, l’édifice constitue l’exemple type de l’église gothique à nef unique de la région.
Depuis la Révolution, Saint Michel de Lagrasse renferme un riche mobilier provenant essentiellement de l’abbaye.

La maison du patrimoine

La Maison du Patrimoine de Lagrasse, lieu de mémoire de la cité et de son territoire, est l’ancien presbytère ou cappellenie, bâti dans la deuxième moitié du XVème siècle. C’est un bâtiment d’aspect extérieur sobre, mais dont certaines pièces s’ornent de splendides plafonds à la française, composés de 131 panneaux peints. Leur richesse et leur qualité esthétique autant que leur intérêt historique leur a valu le classement au titre des Monuments Historiques.

Cité mediévale de Lagrasse, et sont Abbaye

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux ou à l’envoyer à vos amis